D8 condamnée à indemniser une intermittente de Touche pas à mon poste !

La Cour d’appel de Versailles a condamné la chaîne du groupe Canal+ à verser à Sophie Tissier 138.000 euros de rappel de salaires et d’indemnités.

D8 condamnée à indemniser une intermittente de Touche pas à mon poste !
Capture d’écran Mediapart

Décidément, rien ne va plus à Touche pas à mon poste! Le 30 mai 2013, Sophie Tissier avait fait irruption sur le plateau deTouche pas à mon poste! pour dénoncer les conditions de rémunération au sein de la chaîne du groupe Canal+. «Je profite de la présence de Jean-Luc Mélenchon pour faire un petit happening intermittent du spectacle. Beaucoup d’intermittents à D8 sont en difficulté. Le groupe Canal, qui a racheté D8 dernièrement, nous impose une baisse de salaire. Pour ma part, c’est 25 % mais tous les intermittents sont touchés. Alors que le groupe Canal a un chiffre d’affaire de cinq milliards d’euros, je crois. On nous prend à la gorge. J’ai envie de travailler avec vous, mais j’ai envie de gagner ma vie», avait déclaré l’opératrice prompteur en direct sur le plateau du talk-show de Cyril Hanouna qui était en charge d’intégrer principalement les textes de Camille Combal et Bertrand Chameroy.

Plus de trois mois et demi après son intervention remarquée, Sophie Tissier avait lancé une pétition sur Internet, «Touche pas à mon intermittent(e)», après que la direction des ressources humaines de D8 lui ait confirmé qu’elle n’était plus inscrite sur les plannings de Touche pas à mon poste!. «Deux autres productions m’ont annulé des piges en découvrant mon engagement. J’avais simplement dénoncé le fait que les salaires des intermittents avaient été baissés subitement sans aucune concertation alors que nous avions mis en place cette émission d’Hanouna».

Ce 1er mars, D8 a été condamnée par la Cour d’appel de Versailles à verser à Sophie Tissier 138.000 euros de rappel de salaires et d’indeminités. Après deux ans et demi de procédure judiciaire, et près de 3 ans après son irruption sur le plateau du talk-show de Cyril Hanouna, la justice a condamné la chaîne du groupe Canal+ pour abus de contrat à durée déterminée intermittent, licenciement sans cause réelle ni sérieuse, et a jugé illégale la baisse de salaire imposée sans négociations aux intermittents de D8.

De plus, la cour d’appel a également trouvé légitime l’intervention en direct de Sophie Tissier alors qu’elle travaillait sur l’émission phare de la chaîne, et «par laquelle elle dénonçait en son nom et au nom des nombreux intermittents la baisse unilatérale de leur rémunération, alors que la société D8 venait de modifier la structure de sa rémunération (baisse de salaire) sans justification légale et sans accepter de négociation, et que l’animateur de l’émission l’avait autorisée à intervenir».

«Canal+ est réputée pour ultra-précariser les gens» – Sophie Tissier

«Je suis plus que contente. Je suis enfin libérée d’un poids énorme parce que ça a été très difficile. Trois ans de procédure c’est long. J’ai été très attaquée. J’ai toujours lutté contre cette extrême précarité qui nous est imposé. C’est une décision symbolique très importante car D8 était allée tellement loin dans le mépris envers moi et les intermittents et avait tellement cédé à Canal+ qui est réputée pour avoir ce genre de politique salariale, à ultra-précariser les gens, à les jeter du jour au lendemain sans aucune justification, ni discussion», se réjoui Sophie Tissier contactée par téléphone. «En intervenant en direct, j’ai souhaité dénoncer les abus de la précarité du statut des intermittents. Lorsque des boîtes comme D8 ou Canal+ usent et abusent de ce régime et ce type de contrat afin de faire des économies et d’avoir des gens sous pression, c’est pervers et vicieux.»

«Tous les prestataires qui me faisaient travailler pour Canal+, M6, TF1 ou encore des chaînes privées, du jour au lendemain, n’ont plus du tout fait appel à moi», déplore l’intermittente de 37 ans qui a survécu grâce à Internet, des productions anonymes et l’aide de personnes bienveillantes. «Je remercie les rares productions qui ont continué à me faire travailler», ajoute l’intermittente du spectacle qui travaille actuellement pour des émissions du service public comme Complément d’enquête.

Il y a quelques semaines, Julien Cazarre avait révélé avoir reçu des appels téléphoniques répétés et menaçants de la part de Cyril Hanouna. Plus récemment, le magazine Society a enquêté sur l’animateur de Touche pas à mon poste! et pointé du doigt l’ambiance exécrable qui règne en dehors et sur le plateau du talk-show. Des accusations qui n’étonnent pas Sophie Tissier. «Un des mes amis, qui a travaillé un an et demi pour H2O, les attaque aux prud’hommes, témoigne l’intermittente. Il a été sans arrêt humilié, travaillait 70 heures par semaine, sans aucun défraiement. Quand il faisait des réclamations, ils l’envoyaient chier. Ce sont des gens qui n’ont aucune valeur tout simplement!»

« En fait, ce sont des inconscients » – Sophie Tissier

«Un autre de mes amis que Cyril Hanouna a humilié en direct, a fait une dépression et s’est fait jeter par la suite, poursuit Sophie Tissier. En fait, ce sont des inconscients. Au nom de la liberté de rire de tout, ils en arrivent à faire tout et n’importe quoi et à créer des vrais méfaits. Je ne suis pas sûre que Bertrand Chameroy soit si content que ça qu’on lui chie dans les godasses.»

Source : Le Figaro


Gérez votre carrière d'intermittent en temps réel avec iPresta !

Basés sur les textes règlementaires, utilisés par les organismes officiels, iPresta gère votre activité d'intermittent (annexes VIII, X, Régime Général), les droits voisins et l'auto entreprise. Calcul proactif de votre allocation, analyses, simulations, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.